Le secret de la cathédrale de Beauvais
(suite)

 

 

 

Le plan de la cathédrale peut s'interpréter différemment, nous offrant une autre grille. Celle indiquée par les piliers, les murs et les nervures du plafond, n'est pas de 4x8 mais plutôt de 3x7. Dans cette option, certaines cases sont plus grandes que d'autres.

 

   

 

A droite, la grille rationalisée, avec des cases régulières. On attribue là encore une lettre à chaque case et on regarde tout de suite où sont les lettres NAVIREZ. Et là, on s'assoit : ces lettres sont réparties en 2 petites diagonales, parallèles s'il vous plaît !

 

       Il devient de plus en plus clair que NAVIREZ est l'objet d'un code dûment mis en place à Chambord et Beauvais… et ce n'est pas fini. Cliquez sur cette phrase.

 

 

La grille de 3x7 nous apporte sur un plateau les lettres de ARCHE, en symétrie. Ce mot est important à cause de l'expression Arche de Noé.

 

 

 

       La cerise sur le gâteau nous est fournie par la chapelle royale de Versailles.. On pose logiquement les lettres dans l'ordre alphabétique, du nord au sud et de gauche à droite.

 

       On peut être ébahi de retrouver à Versailles ce NAVIREZ dont les lettres se trouvent symétriquement positionnées ! Pour arriver à ce résultat, les architectes ont ajouté une case asymétrique en haut qui porte la lettre A, initiale de Arche.

       La colonne correspondante écrit AENV qui peut se recomposer en NAVE, une variante ancienne de « navire ».

 

 

       Comme le savent les lecteurs de mon livre « Le Secret de François 1er » (et les spectateurs du film du même nom), le château de Chambord est associé à l'idée de « retournement ». D'ailleurs, ce concept de faire pivoter à 180° est une clef de déchiffrage un peu partout, à Versailles notamment. Quand on pose un élément quelconque et qu'on cherche à le coder, une des idées les plus simples est de jouer sur la symétrie. Le corps humain créé par Dieu n'est-il pas symétrique ? On pose alors, ou on sous-entend un second élément qui est exactement antinomique du premier. Cette façon de voir s'inspire des conceptions traditionnelles du type Yin et Yang dans lesquelles le monde repose sur deux principes, complémentaires et opposés. Pour les codeurs de l'architecture, il s'agit de présenter une médaille posée bien à plat : le message secret est gravé au revers. Dans une variante, s'il y a un trésor enfoui, codifié dans deux châteaux, il est caché exactement entre les deux constructions. Les bâtisseurs partent de ce type d'archétypes très simples sur lesquels repose l'art de la logique.

 

       Concernant la cathédrale de Beauvais, l'idée de pratiquer un retournement ne paraît pas mauvaise afin de créer un navire, une nef, là où il devrait y en avoir une. Mais c'est… bien sûr !

 

       Les cases NAVIREZ forment une colonne qui est juste au bord de la nef manquante.

On retourne la partie centrale du monument, (ce qu'on peut aussi appelé la nef centrale), on la balance à gauche. Virtuellement, il y a maintenant une NEF à la bonne place.

 

            

                    Au passage, on a mis à l'envers toute la structure. La nef centrale du temple est devenue un NAVIRE, une arche. La forme architecturale suit la manœuvre ; le plafond voûté et les piliers deviennent la charpente du bateau!

 

 

 

 

 

 

Et là, qu'est-ce que c'est ? Ah mais ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus ! La cathédrale de Beauvais comporte un enchevêtrement d'indices dont cet article n'expose que des bribes. Alors, il vous faudra découvrir la suite tout seul… ou alors attendre la sortie de mon livre !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La cathédrale de Beauvais : 48 mètres de hauteur qui expriment la profondeur d'une révélation !

 

 

Cathédrale de Beauvais, site officiel